Moins de subventions aux aides alimentaires

Avatar du membre
tisiphoné
Administrateur
Administrateur
Messages : 118920
Enregistré le : 19 septembre 2007 21:53
Localisation : heavens above
Contact :

Re: Moins de subventions aux aides alimentaires

Message par tisiphoné » 21 septembre 2011 07:55

Rananen a écrit :
Fonck1 a écrit : c'est vrai,qu'est ce que vous attendez,on ne vous voit pas beaucoup ma mener votre petite révolution.
beaucoup de bouche,mais c'est tout.

sans effet de masse,que dalle.

même le facteur devant la loi,s'est fait remettre en place. :XD:


on recrute pour l instant .


et contre les affameurs, tu préconises quoi ?
#lepointnoir

Rananen
Posteur DIVIN
Posteur DIVIN
Messages : 15070
Enregistré le : 15 septembre 2007 23:33

Re: Moins de subventions aux aides alimentaires

Message par Rananen » 21 septembre 2011 07:59

tisiphoné a écrit :
Rananen a écrit :

on recrute pour l instant .


et contre les affameurs, tu préconises quoi ?


dépossession et réquisition !

Avatar du membre
Fonck1
Administrateur
Administrateur
Messages : 102885
Enregistré le : 02 mai 2006 16:22
Localisation : L'univers

Re: Moins de subventions aux aides alimentaires

Message par Fonck1 » 21 septembre 2011 08:27

Rananen a écrit :
tisiphoné a écrit :

et contre les affameurs, tu préconises quoi ?


dépossession et réquisition !
trouves leur du travail,t'auras au moins fait quelque chose d'utile.

Avatar du membre
Patrick_NL
Animateur
Animateur
Messages : 18253
Enregistré le : 27 novembre 2009 16:35
Localisation : Hoorn, Pays Bas

Re: Moins de subventions aux aides alimentaires

Message par Patrick_NL » 06 février 2013 15:08

Comment sauver l'aide alimentaire provenant de l'Union européenne ? D'un montant de 500 millions d'euros, cette manne, qui résulte historiquement des surplus alimentaires de la Politique agricole commune (PAC), pourvoit aux besoins du Programme européen d'aide aux plus démunis (PEAD) : 18 millions d'Européens, dont 4 millions de Français, en bénéficient. Dans notre pays, ce programme permet de distribuer 130 millions de repas par an. Soit un tiers de l'aide alimentaire fournie dans l'Hexagone. Où les demandes ne cessent de croître : de plus en plus de personnes en situation de précarité frappent à la porte des associations. Mais la France n'est pas le seul pays concerné. En Pologne, 80 % de l'aide alimentaire distribuée aux démunis provient du PEAD. Là-bas, comme dans une vingtaine de pays d'Europe, cette aide est vitale.

A ses débuts, ce programme consistait à redistribuer aux plus démunis les surplus de la PAC (viande, lait, céréales...) accumulés dans les greniers de l'Europe. Mais, avec la régulation de la production agricole, les stocks se sont taris, et ce qui était donné jadis en nature a été transformé en ligne budgétaire. Du coup, l'Allemagne a commencé à remettre en cause cette aide, considérant que ce n'était pas à la PAC de lutter contre la précarité. D'autres pays de l'Union européenne (Danemark, Pays-Bas, République tchèque, Royaume-Uni, Suède) partagent cette approche, considérant que l'aide aux plus démunis relève de la responsabilité de chaque Etat membre.

Il y a un an déjà, les quatre grandes associations chargées de la collecte et de la distribution de l'aide alimentaire en France (Fédération des banques alimentaires, Secours populaire, Restos du cour et Croix-Rouge) avaient lancé un cri d'alarme et obtenu un sursis. Mais aujourd'hui, préviennent-elles, « si aucun nouveau programme n'est adopté par les chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union européenne (UE), l'aide alimentaire disparaîtra irrémédiablement ». Ce serait la fin du PEAD. Un coup dur pour les associations caritatives dont les stocks dépendent en grande partie de l'aide européenne.

Unies à leur homologue allemand Die Tafeln, ces associations ont rencontré le 10 janvier le président du parlement européen Martin Schultz qui les a assurées de son soutien. D'après un communiqué publié le jour-même par les cinq organisations, celui-ci se serait prononcé pour le vote d'un budget à la hauteur des besoins, « c'est-à-dire au moins équivalent au budget actuel, considérant que l'Europe se doit de rétablir un équilibre social. » Soulignant « une augmentation toujours plus inquiétante du nombre de personnes venant chercher de l'aide, de plus de 10 % par rapport à l'an passé », les associations ont salué cette initiative « claire et courageuse ». Après avoir obtenu le soutien unanime de l'ensemble des groupes parlementaires français, elles espèrent obtenir un vote favorable des chefs d'Etat.

Le président de la République, François Hollande, s'est exprimé aujourd'hui devant le Parlement européen sur le budget 2014-2020. « Un compromis est possible, a-t-il estimé, mais il doit être raisonnable. Et donc il va falloir raisonner ceux qui veulent amputer le budget européen au-delà de ce qu'il est possible d'accepter ». Le président français a aussi jugé que « l'intérêt national est en train de prendre le pas sur l'intérêt européen ». Parviendra-t-il à convaincre la chancelière allemande Angela Merkel ? L'accord de l'Allemagne est absolument décisif pour que l'Europe verse 1 euro par an et par habitant à destination des plus pauvres. C'est le montant estimé par les associations qui appellent l'Union européenne à « se montrer digne de son prix Nobel de la paix
"Quand le dernier arbre aura été abattu - Quand la dernière rivière aura été empoisonnée - Quand le dernier poisson aura été péché - Alors on saura que l'argent ne se mange pas." Geronimo

Répondre

Retourner vers « POLITIQUE 2010-2011 »