Quand papa oiseau arrive en retard au nid, il cause moins !

Anthropologie, Paléontologie ...
Répondre
Anaïs
Posteur Giganovesque
Posteur Giganovesque
Messages : 4299
Enregistré le : 06 mai 2016 12:23

Quand papa oiseau arrive en retard au nid, il cause moins !

Message par Anaïs » 12 février 2017 12:37

Chez les oiseaux, l’un couve les œufs pendant que l’autre part se nourrir. Mais comment les couples se coordonnent-ils ? Quatre chercheuses de l’Université de Saint-Etienne ont trouvé la réponse : mâles et femelles « discutent » pour se répartir la tâche.
Car chez les volatiles, mâles et femelles s’occupent, en général ensemble, de leur progéniture. Les parents vont alors alterner leur présence au nid, de façon à ce que l’un puisse aller se nourrir pendant que l’autre couve les œufs. La question était donc : comment les couples arrivent-ils à se coordonner ?

Une équipe de quatre chercheuses (Ingrid Boucaud, Mylène Mariette, Avelyne Villain et Clémentine Vignal) a étudié un petit oiseau venu du désert australien, le diamant mandarin. Dans la nature, pendant l’incubation, mâle et femelle se relayent toutes les trente minutes environ. L’étude, réalisée en grande volière à la fac de Saint-Etienne, a consisté à perturber l’organisation des couples en bloquant le mâle en dehors de la zone de nidification pendant une heure. Il a ainsi été contraint de s’absenter deux fois plus longtemps qu’à l’ordinaire.

Les enregistrements à l’intérieur des nids ont, après analyse, livré leurs secrets. « Lorsque le mâle arrive en retard, révèle Ingrid Boucaud, le couple a un échange vocal plus court et plus rapide qu’en temps normal. Et le contenu de cet échange accéléré détermine la répartition des tâches qui va suivre : plus le mâle émet de cris, et plus la femelle reviendra rapidement au nid pour prendre la relève. En revanche, si le mâle crie peu, la femelle partira d’autant plus longtemps qu’il aura été en retard ! ». Les diamants mandarins discutent donc pour se partager le temps que chacun va passer sur les œufs. Petite précision : les couples de cette espèce d’oiseau sont réputés comme « très unis »…
Marie Perrin
Image
Le laboratoire Neuro-PSI de l’Université de Saint-Etienne termine l’année avec une nouvelle publication dans une revue internationale (Biological Journal of the Linnean Society). Là on y apprend que les couples d’oiseaux discutent pour se répartir la tâche !

Comme celle de s’occuper ensemble de leur progéniture. Une équipe de quatre chercheuses a étudié un petit oiseau venu du désert australien, le diamant mandarin. Dans la nature, pendant l’incubation, mâle et femelle se relayent toutes les trente minutes environ. L’étude, réalisée en grande volière à la fac de Saint-Etienne, a consisté à perturber l’organisation des couples en bloquant le mâle en dehors de la zone de nidification pendant une heure. Il a ainsi été contraint de s’absenter deux fois plus longtemps qu’à l’ordinaire. « Lorsque le mâle arrive en retard, révèle Ingrid Boucaud, le couple a un échange vocal plus court et plus rapide qu’en temps normal. Et le contenu de cet échange accéléré détermine la répartition des tâches qui va suivre : plus le mâle émet de cris, et plus la femelle reviendra vite au nid. En revanche, si le mâle crie peu, la femelle partira d’autant plus longtemps qu’il aura été en retard ! ».

La durée de la corvée parentale se négocie

! [/b]

Répondre

Retourner vers « AUTRES SCIENCES »