OGM - Le gendarme européen accusé de "charlatanisme"

Répondre
Barbapoutre
Administrateur
Administrateur
Messages : 11030
Enregistré le : 03 juillet 2007 21:26
Genre :

Re: OGM - Le gendarme européen accusé de "charlatanisme"

Message par Barbapoutre » 05 août 2009 14:26

Dernier message de la page précédente :

Le sujet des OGM révèle le manque de démocratie dans notre pays. Comment peut-on accepter que, sur une question aussi importante, qui nécessite des débats approfondis, les élus du peuple aient été tenus pour quantité négligeable ? C’est une preuve du dysfonctionnement de notre démocratie que le Parlement n’ait pas été invité à discuter des OGM.
Les avis des élus du peuple ont ils encore une influence sur les décisions prises par les chefs de gouvernement au niveau européen?
Ce n'est qu'un avis personnel, toutefois j'ai le sentiment que l'union européenne qui a apporté beaucoup de progrès est aussi très peu démocratique dans son fonctionnement. Nos politiques dénoncent en permanence la commission, alors que ce sont nos gouvernements qui prennent les décisions sans aucun avis du parlement.


La transparence et la démocratie nous permettront de sortir du silence officiel maintenu en France sur cette question - alors qu'il y a aujourd’hui dans le monde 85 millions d’hectares de cultures OGM, dont 50 millions aux Etats-Unis, et que ces cultures se développent à vitesse croissante au Brésil, en Inde, en Chine.
Face à ces chiffres, que peut valoir l'avis ou l'interdiction de la France? il y a déjà belle lurette que le mal est fait si tant est que les OGM soient nocifs et que tout le monde en a mangé peu ou prou. Si le risque de dissémination existe, il y a déjà longtemps quetout le continent doit être contaminé.

Avatar du membre
bister
Posteur DIVIN
Posteur DIVIN
Messages : 10680
Enregistré le : 04 mai 2006 21:27
Localisation : PARIS
Genre :

Re: OGM - Le gendarme européen accusé de "charlatanisme"

Message par bister » 05 août 2009 22:28

OGM
"Je me prononce pour un moratoire sur les OGM, afin de sortir de la zone d'incertitude"

François Bayrou veut sortir du silence sur les OGM. Rétablir la démocratie,(c'est un voeux pieux) c’est partir d’une information scientifique indiscutable (le problème c'est qu'il n'en aura pas, à moins qu'il trafic le résultat), qui nourrisse le débat national et permette au Parlement de trancher. ( en clair ils vont trancher, en suivant la conclusion du compte rendu des scientifiques.. bigre.. quelle indépendandence de jugement.. le jeux politique n'y est pas..)

je dirait que le problème dans toutes ses facettes et leur répercussions, les dépasse.. à l'Assemblée..

" Nous manquons de savoir sur les risques que peuvent représenter les OGM. Nous avons donc besoin d’une démarche scientifique sur les effets réels des OGM et les risques qu'ils recouvrent.
donc c'est du domaine scientifique, certains politiques, vont encore parler haut et fort et appuyer ou pas les scientifiques qui leur conviennent.. les autres suivront.. c'est de la monoculture.. sans diversité


Afin de sortir de la zone d'incertitude, je saisirai, dès mon élection si elle a lieu, l’Académie des Sciences, pour que soit composée une une commission, comprenant en particulier des pharmacologues (Ah ba alors là, les pharmaco les utilisent déjà, les OGM, en milieu confiné, donc il en connaissent une partie des applications et ils sont pour, ils sont de pluss gouverné par les grands groupes pharmaceutiques équivalent aux grands groupes semencier, ils se tiennent, ils s'entendent... qu'est ce qu'il va en sortir?), qui fera la synthèse des connaissances sous la forme d'un rapport sur ce que recouvrent les OGM comme risque de dissémination, pour l'alimentation et pour la recherche pharmacologique. (bof et puis après.. un de pluss... monsanto veut sauver le monde, les pharmaco aussi... mais pour le sida et leur médicaments ils sont loin de faire du social ou de partager..business oblige..mosanto c'est pareille avec le brevetage du vivant...etc)


Ce rapport nourrira (ou manipulera) un débat national.


Le sujet des OGM révèle le manque de démocratie dans notre pays (de l'Europe.. et ça relève aussi de stratégie mondiale, de monopole et du commerce). Comment peut-on accepter que, sur une question aussi importante, qui nécessite des débats approfondis, les élus du peuple aient été tenus pour quantité négligeable ? C’est une preuve du dysfonctionnement de notre démocratie ( josé Bové n'a pas conquis la planète pour autant) que le Parlement n’ait pas été invité à discuter des OGM.


La transparence et la démocratie nous permettront de sortir du silence officiel maintenu en France sur cette question - alors qu'il y a aujourd’hui dans le monde 85 millions d’hectares de cultures OGM, dont 50 millions aux Etats-Unis, et que ces cultures se développent à vitesse croissante au Brésil, en Inde, en Chine. (tient.. la c'est bizarre, "95 millons".. "50 millons".. "à vitesse croissante", ça lui tourne à la tête, on dirait que ça le démange de sortir ses tracteurs du hangar... raaaaah!.. que je moissonne tous ces bons champs juteux d'OGM.. Dediou!!)


Cela doit aller de pair avec une grande politique de recherche française et européenne dans le domaine des biocarburants, des biomatériaux, de la chimie du végétal, des biotechnologies, du génome (ba oui on le sait bien, les américains se sont déjà lancé dans la baguarre, c'est pas "wait and see" mais "go go go on verra plus tard", seulement pour la pool position, dans la haute technologie, on est pas encore de taille, il faudra se contenter du rôle de suiveur de loin et on est pas obligés de passer dans les ornières du leader si l'on veut avancer aussi)."

je rajouterais ceci lu dans un article:
pourquoi, dans le combat pour la productivité agricole, les OGM ont-ils monopolisé l’attention ? Pourquoi les autres voies sont-elles négligées ? Car il existe d’autres voies... On sait par exemple que certaines mauvaises herbes fixent naturellement les parasites et qu’il suffit de les planter autour d’un champ pour favoriser la protection des cultures. La diversité des espèces dans un champs est un gage de résistance tandis que la mono-spécificité constitue un facteur de fragilité.
et que dire de monocultures, dont les composants sont des clône ou des frères siamois?

Avatar du membre
tisiphoné
Administrateur
Administrateur
Messages : 121068
Enregistré le : 19 septembre 2007 21:53
Localisation : heavens above
Genre :
Contact :

toxicité des OGM et du Roundup : la polémique rebondit

Message par tisiphoné » 16 janvier 2013 09:08

Le chercheur français Gilles Éric Séralini se dit prêt à publier les données « brutes » qui lui ont permis de conclure à la nocivité d’un maïs OGM et d’un pesticide, à condition que les organismes officiels ayant autorisé ces produits fassent de même avec le pesticide.

Le Pr Gilles Éric Séralini, et plusieurs membres du Criigen (Comité de recherche et d’information indépendante sur le génie génétique), dont la députée européenne Corinne Lepage, ont annoncé hier, lors d’une conférence de presse au Parlement européen, qu’ils avaient remis les données brutes de leur étude sur la toxicité d’un OGM et de l’herbicide Roundup à un huissier de justice parisien.

Gilles Éric Séralini et le Criigen ont également annoncé des dépôts de plaintes pour diffamation contre plusieurs personnalités et blogueurs, qui ont accusé le Pr Séralini d’avoir produit des données falsifiées.

Le chercheur a à nouveau défendu son travail, même s’il reconnaît certains manques en termes de nombre d’animaux par test, en affirmant « avoir répondu point par point à toutes les critiques » de l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire). « On nous demande d’être plus perfectionnistes que les perfectionnistes, mais on n’applique pas cette même demande aux fabricants de l’OGM et du Roundup. »

« Nous avons été les seuls à mener ces études, a-t-il encore rappelé, et nous pensions que l’agence ressortirait les données brutes sur le glyphosate. Or, elle ne l’a pas fait car elle ne les a pas ! »

Plus grave, selon Gilles Éric Séralini, le directeur de l’Anses lui aurait adressé un courrier « dans lequel il reconnaît que les tests de toxicité aiguë de l’herbicide ont été faits sur des souris pendant quelques jours, mais sans analyse de sang ».

À peine la conférence de presse achevée, qu’un autre point presse était organisé dans une autre salle par des pourfendeurs du travail du Criigen et du Pr Séralini – point presse auquel je suis la seule journaliste à me rendre.

Parmi les intervenants, un biologiste des plantes de Strasbourg, qui a souhaité garder l’anonymat, un doctorant en biotechnologie de l’université de Delft, aux Pays-Bas, Sebastian Olényi, et un professeur émérite de l’université de Berne en Suisse, Klaus Ammann.

Interrogés sur la raison de leur « contre-conférence de presse », selon leurs propres mots, ils expliquent qu’ils sont là en tant que chercheurs totalement indépendants, qu’ils n’ont aucun lien avec l’industrie agrochimique, et qu’ils veulent seulement démontrer combien l’étude du Pr Séralini est peu sérieuse. « Les OGM ne sont pas toxiques, explique Sebastian Olényi. Les études menées pendant trois mois par Monsanto sont largement suffisantes pour prouver l’innocuité sur la santé humaine des OGM. »

« Le glyphosate est un produit totalement inoffensif, insiste de son côté Klaus Amman. Pourquoi sacrifier des dizaines de rats à vouloir démontrer une toxicité qui n’existe pas ? » Il déroule alors une présentation pour attaquer point par point les travaux de Séralini, tout en expliquant « qu’ils ont eu très peu de temps pour se préparer, n’ayant appris que tardivement la tenue de la conférence de presse du Criigen ».

De cette partie de ping-pong qui n’est pas près de se terminer, il ressort une chose : la nécessité absolue pour l’Europe de financer une vaste étude indépendante des industries agrochimique, mais aussi du Criigen, sur les effets à court et à long terme des OGM, mais aussi du Roundup, sur les rats, depuis leur développement embryonnaire jusqu’à leur fin de vie. « Afin d’éviter aussi, comme l’a souligné Corinne Lepage, que la population européenne ne serve de cobaye aux effets du Roundup, premier herbicide utilisé en Europe et premier polluant des rivières et nappes phréatiques. »

Répondre

Retourner vers « POLITIQUE 2009 et avant »