les Hopitaux dans la rue

Actualité hebdo, politique, économie, informations...
Avatar du membre
Yann Begervil
Posteur Giganovesque
Posteur Giganovesque
Messages : 4174
Enregistré le : 29 mars 2017 14:42
Genre :

Re: les Hopitaux dans la rue

Message par Yann Begervil » 15 novembre 2019 13:04

Dernier message de la page précédente :

oldeagle a écrit :
15 novembre 2019 10:22

Je peux vous dire que dans ma commune, j'ai mon médecin qui travaille dans une maison médicale avec d'autres généralistes. Il y en a un qui part à la retraite. Donc pour le remplacer, mon médecin a lancé une campagne de recrutement. Récemment, un jeune arrive, tout juste sorti de la fac de médecine de Caen. Lors de l'entretien, le Dr L demande à son potentiel futur confrère de se présenter, dire ses motivations ! Et le jeune a commencé par lui expliquer qu'il ne voulait que travailler que 3 jours par semaine, de 8 h à 18 h, qu'il lui fallait ses week end, ses vacances, sa vie de famille. Il ne voulait surtout pas faire de garde ! Et bien l'entretien à tourné court ! Et le Dr L a gentiment éconduit ce jeune médecin qui pour moi est plus un charlatan qu'un médecin. Quand on fait ce métier, on en accepte les contraintes. Sinon on fait autre chose !
C'est le problème de l'offre et la demande. Il y a tellement d'offres, que certains jeunes, qui en ont quand même bien chié pendant leurs études ultra sélectives puis comme interne ou ils ont été surexploités pour 1500€/mois, sont devenus très exigeants et n'acceptent plus n'importe quoi.
Le docteur L va devoir mettre le prix, si il veut un médecin corvéable a merci :XD:

Avatar du membre
scorpion3917
Posteur Titanesque
Posteur Titanesque
Messages : 7602
Enregistré le : 02 février 2011 20:19

Re: les Hopitaux dans la rue

Message par scorpion3917 » 15 novembre 2019 13:28

vivarais a écrit :
14 novembre 2019 10:31
tout est fait pour rediriger les patients vers l'hospitalisation privée
or c'est l'hospitalisation non urgente qui rapporte une rentabilité
les toubibs du public sont ils plus compétents ou inversement que ceux du privé ?
Se faire opérer dans le public est il plus risqué que le faire dans le privé ?
qu est ce qui différencie le public du privé ?
Tiens une anecdote. Je viens d apprendre qu il existe des consultations à titre privé dans le public.
Un rdv qui prendrait des mois en consultation publique peut se réduire à 8 jours à titre privé dans un établissement public moyennant un tarif de consultation consequent.
La seule chose qui permet au mal de triompher est l inaction des hommes de bien.
Edmund Burke.

Avatar du membre
oscar
Posteur Titanesque
Posteur Titanesque
Messages : 8391
Enregistré le : 12 septembre 2007 14:56
Localisation : Sur terre mais aussi dans l'eau!
Genre :

Re: les Hopitaux dans la rue

Message par oscar » 15 novembre 2019 13:36

[scorpion
les toubibs du public sont ils plus compétents ou inversement que ceux du privé ?
Se faire opérer dans le public est il plus risqué que le faire dans le privé ?
qu est ce qui différencie le public du privé ?
Tout dépend de la qualité du médecin!
Tiens une anecdote. Je viens d apprendre qu il existe des consultations à titre privé dans le public.
Cela fait un bout de temps que cela existe !
par contre c'est sujet a des gros dépassement de tarif.
Un rdv qui prendrait des mois en consultation publique peut se réduire à 8 jours à titre privé dans un établissement public moyennant un tarif de consultation consequent.
Médecine sans attente pour les patients aisées...
Et grosses attente pour les économiquement peu argenté .
"La liberté n'existe pas, seul l’imaginaire à le choix de ses libertés!"

Avatar du membre
Crapulax
Administrateur
Administrateur
Messages : 142289
Enregistré le : 15 septembre 2008 22:22
Localisation : A "Bonheur City".
Genre :

Re: les Hopitaux dans la rue

Message par Crapulax » 15 novembre 2019 13:41

Le Président Macron veut agir mais ne pas "revenir aux anciennes méthodes"..Evoquant encore une sorte de restructuration...Et que revenir en arrière ne servirait à rien...

....Pourtant ce que demandent les hospitaliers ce sont des moyens..Pas seulement financiers mais humains..Ce qui signifie embauches et comme Macron ne veut pas appliquer les vieilles recettes il va encore sortir un énième plan d'économies structurales.
Du reste il est l'auteur du dernier en place..Dont nous voyons le résultat...

Déjà il faut qu'il sorte le chéquier..Pour combler les endettements massifs de plusieurs structures hospitalières..C'est aussi ce qui explique leur manque de manoeuvre....
Aux mains de l'Etat,la force s'appelle Droit....Aux mains de l'individu,elle se nomme le crime....
Si tu m'as pris pour un clown tu t'es trompé de Carnaval...
..J'apprécie tellement les Chips que parfois je leurs fais des bisous...

Avatar du membre
Yann Begervil
Posteur Giganovesque
Posteur Giganovesque
Messages : 4174
Enregistré le : 29 mars 2017 14:42
Genre :

Re: les Hopitaux dans la rue

Message par Yann Begervil » 15 novembre 2019 13:54

scorpion3917 a écrit :
15 novembre 2019 13:28

les toubibs du public sont ils plus compétents ou inversement que ceux du privé ?
Se faire opérer dans le public est il plus risqué que le faire dans le privé ?
qu est ce qui différencie le public du privé ?
Tiens une anecdote. Je viens d apprendre qu il existe des consultations à titre privé dans le public.
Un rdv qui prendrait des mois en consultation publique peut se réduire à 8 jours à titre privé dans un établissement public moyennant un tarif de consultation consequent.
Le public offre une palette de soins plus complète que le privé, plus spécialisé sur certains créneaux... plus rémunérateurs.
La preuve, en cas de complication, le privé transfère le patient au public, jamais le contraire :XD:

Avatar du membre
oscar
Posteur Titanesque
Posteur Titanesque
Messages : 8391
Enregistré le : 12 septembre 2007 14:56
Localisation : Sur terre mais aussi dans l'eau!
Genre :

Re: les Hopitaux dans la rue

Message par oscar » 15 novembre 2019 19:31

Crapulax
Pourtant ce que demandent les hospitaliers ce sont des moyens..Pas seulement financiers mais humains..Ce qui signifie embauches
Crapulax!
Mais qui voudrait travailler de nuit ou les week end, les jours fériés...
Supporter la rigueur administrative, les impatiences des malades , les plaintes des familles, les insuffisances des médecins toujours en retard ...

Le tout pour un salaire de M.... les heures supplémentaires jamais payées...
Autre nouveau inconvénient la violence de certains malades aux urgences et les nouvelles contaminations des virus.

Il faut vraiment avoir peur du spectre du chômage pour travailler dans le monde très particulier des Hôpitaux.
On avait un seul avantage: la retraite à 55 ans , on nous la retiré... :confus25

Bonsoir chez vous!

Image
"La liberté n'existe pas, seul l’imaginaire à le choix de ses libertés!"

Avatar du membre
lotus95
Posteur Giganovesque
Posteur Giganovesque
Messages : 3612
Enregistré le : 02 janvier 2017 18:57
Genre :

Re: les Hopitaux dans la rue

Message par lotus95 » 16 novembre 2019 01:26

Jean de Meung a écrit :
15 novembre 2019 10:36
lotus95 a écrit :
14 novembre 2019 23:28
il y a donc au moins responsabilité partagée entre ce gouvernement et les précédents
Merci pour cette réponse qui, je le crois, vient d'une personne qui semble connaître le sujet, ce qui n'est pas mon cas.

Partagée, non, car 15 ans VS 2,5 ans ça ne fait pas la maille. Mais je comprends que ce Gvt n'est pas celui qu'il faut pour arranger les problèmes de l'HP ou de la Sécu, ce qui, entre nous, ne m'étonne pas plus que ça et prouve s'il en était encore besoin que Macron n'est pas différent de ces prédécesseurs, quelle que soit l'étiquette politique.

Sinon je pense que c'est un problème plus général de santé publique que de HP, et que les cadeaux faits aux gilets jaunes il faut bien les payer un jour...
Je ne connais pas tant que ça le milieu hospitalier, sauf à travers mes expériences personnelles et les informations que je glane de ci de là ;
s'ajoute à cela une expérience dans le secteur médico-social où j'ai constaté plus ou moins les mêmes problématiques, travail ingrat et personnel sous-payé, turnover important, cadences inhumaines, budgets insuffisants ... on retrouve aussi les travers du système de tarification : par exemple, les Ehpad étant payés proportionnellement à la dépendance de leurs résidents, auront tendance à les choisir en fonction de ce critère ..

les responsabilités de la situation actuelle ne se partagent pas forcément en fonction d'une durée d'exercice, parce que plus on avance dans le temps et plus on a de recul pour avoir un diagnostic juste et adopter les bonnes solutions ; et la responsabilité est d'autant plus importante si on laisse perdurer des dysfonctionnements en connaissance de cause, ou pire, si on les accentue.
c'est ce qu'il se passe aujourd'hui, on est dans la prise de conscience non suivie d'effets concrets, et "en même temps", dans l'aggravation de cette situation du fait des choix de politique économique ; je ne parle pas trop des mesures gilets jaunes, leur impact est bien moindre par rapport aux mesures aussi couteuses que stériles envers les entreprises (impact 2020 = 12 Mds)

et oui, d'accord sur le fait qu'il s'agit d'un problème plus vaste compte tenu du dépouillement programmé des ressources de la Sécurité sociale ; je ne crois pas d'ailleurs que ce soit une question d'incompétence ou de complexité, mais plutôt une ligne directrice qu'on poursuit pour favoriser la privatisation ... au moins partielle ...
À la télé ils disent tous les jours : 'Y a trois millions de personnes qui veulent du travail.' C'est pas vrai : de l'argent leur suffirait." Coluche

Avatar du membre
Crapulax
Administrateur
Administrateur
Messages : 142289
Enregistré le : 15 septembre 2008 22:22
Localisation : A "Bonheur City".
Genre :

Re: les Hopitaux dans la rue

Message par Crapulax » 16 novembre 2019 06:02

Il faut vraiment avoir peur du spectre du chômage pour travailler dans le monde très particulier des Hôpitaux.
Pour y travailler maintenant c'est certain....J'ai vu ce qui s'est passé pour le CHU par ici..
Il y a encore de cela peu de temps encore les agents du technique comme on les qualifie n'étaient vraiment pas malheureux..Pas mal de pauses,le travail à faire était planifié bref il n'était pas possible de dire qu'ils en bavaient.
Par contre le personnel soignant voyait son boulot croitre accompagné d'un manque de moyens de plus en plus visible..Sans parler des horaires.

Dans le passé un CHU était en pratiquement en état d'auto-gestion pour ce qui concerne le technique.
Il y avait une blanchisserie qui lavait le linge de l'établissement,une cuisine centrale pour préparer les repas,une équipe pour l'électricité,une autre pour la peinture etc etc..En fait tout était regroupé en interne...
..Mais depuis quelques années ce fut l'appel aux sous-traitants au nom du sacrifice structurel,par soucis d'économie....Il y eut donc une cure d'amaigrissement pour les services..Qui maintenant comportent moins d'employés parce qu'une partie de leur travail initial est réalisée à l'extérieur..Les repas arrivent préparés pour la plupart(plateaux),la peinture est confiée à des entreprises ce qui parfois cause des soucis de délais,le linge part au pressing en dehors de la boite etc etc.....

La différence c'est lorsqu'il y a un soucis de délais avec les sous-traitants...Qui n'avaient pas lieu d'exister auparavant puisque tout était assuré par l'établissement lui-même.

Notons dans tout cela le fait que les parkings des hôpitaux universitaires deviennent payants...Avec des gens pour assurer la sécu...

On appelle cela de la déstructuration...

Alors peut-être que par le passé c'était plus cool de bosser dans ce secteur mais maintenant c'est différent.

Dans le brancardage(je pense que tu connais) cela a beaucoup évolué par exemple..Avant il y avait des brancardiers attitrés pour chaque service,histoire d'aller plus vite..Il y en avait au Pool de brancardage bien entendu....Et pour les urgences.On pouvait dire que chacun avait son programme...
...Puis cela a évolué....Le brancardier pouvait aussi servir à d'autres services...Ce fut l"apparition du bippeur....Puis le portable fut fourni à chacun...Ce qui donna la possibilité à n'importe quel service de leur faire appel..Urgences comprises...

Et maintenant ils ont un traceur...Une sorte d'appareil qui géolocalise la personne et qui fait appel à elle à cadence régulière et fréquente...Qui confirme si la "mission" est remplie...Parce qu'il y a une traçabilité effective...Ce qui fait que c'est la course à tout les étages...
Il faut courir...courir....
Aux mains de l'Etat,la force s'appelle Droit....Aux mains de l'individu,elle se nomme le crime....
Si tu m'as pris pour un clown tu t'es trompé de Carnaval...
..J'apprécie tellement les Chips que parfois je leurs fais des bisous...

Avatar du membre
oscar
Posteur Titanesque
Posteur Titanesque
Messages : 8391
Enregistré le : 12 septembre 2007 14:56
Localisation : Sur terre mais aussi dans l'eau!
Genre :

Re: les Hopitaux dans la rue

Message par oscar » 16 novembre 2019 07:32

oscar écrit
Il faut vraiment avoir peur du spectre du chômage pour travailler dans le monde très particulier des Hôpitaux.
Crapulax répond:
Pour y travailler maintenant c'est certain....J'ai vu ce qui s'est passé pour le CHU par ici..
Il y a encore de cela peu de temps encore les agents du technique comme on les qualifie n'étaient vraiment pas malheureux..Pas mal de pauses,le travail à faire était planifié bref il n'était pas possible de dire qu'ils en bavaient.
Bonjour Crapulax!
Beaucoup de services techniques sont désormais sous traité par des sociétés privées , la blanchisseries, les cuisines...
Quand a leur réelle efficacité , je ne saurais dire.
Par contre le personnel soignant voyait son boulot croître accompagné d'un manque de moyens de plus en plus visible..
Sans parler des horaires.
Les horaires au SAMU comme chauffeur , c'est très particuliers 3 fois 12 heures 3 jours de repos ensuite de nouveau 3 fois 12 heures.
Quand j'étais aux urgences de Lariboisière dans les années 1972... 7h30 à 15h30...
Service de jour 7h30/15h30....Garde 15h30/23h...nuit 23h/7h30...
Je pointais à 15h30 et j'avais assez souvent un petite fiche venant du bureau du personnel me demandant de faire un remplacement d'urgence de garde 16h à 23 heures dans un service psychiatrique.
A cette époque on récupérait deux jours de repos compensatoire ...
Cela m’intéressait pour mes activités au black annexes de photographe.
Notons dans tout cela le fait que les parkings des hôpitaux universitaires deviennent payants...Avec des gens pour assurer la sécu...
On appelle cela de la déstructuration...
Les grands Hôpitaux beaucoup d'options sont payantes, la télé , le téléphone, l'informatique , ma dernière hospitalisation , rien ne fonctionnait.
Alors peut-être que par le passé c'était plus cool de bosser dans ce secteur mais maintenant c'est différent.
Crapulax on rentre dans une nouvelle aire: " le TOUT PAYANT !"
Tant-pis pour les patient économiquement faible...
On viendra ensuite nous évoquer le patriotisme flamboyant...
Bon, je m'égare d'indignation.
Dans le brancardage(je pense que tu connais) cela a beaucoup évolué par exemple..Avant il y avait des brancardiers attitrés pour chaque service,histoire d'aller plus vite..Il y en avait au Pool de brancardage bien entendu....Et pour les urgences.On pouvait dire que chacun avait son programme...
Historique : juste après l'armée, j'ai obtenu un diplôme MNS (maître nageur sauveteur)...
J'ai travaillé en piscine municipale et une saison au Club Med ...En piscine couverte j'ai été incommodé par le chlore.
J'ai donc chercher un autre emploi (à l'époque on trouvait du travail partout )
Je suis rentré dans les hôpitaux de Paris comme agent hospitalier, j'ai fait tous les services comme aide-soignant...
1979 ensuite les ambulances, les VSL et le Samu (fin carrière) et a ma demande retour sur le VSL , je ne supportais plus de voir les enfants écrasés à la sortie des écoles dans Paris et surtout plus pratique pour mon activité de fanzine syndicale.
Puis cela a évolué....Le brancardier pouvait aussi servir à d'autres services...Ce fut l"apparition du bippeur....Puis le portable fut fourni à chacun...Ce qui donna la possibilité à n'importe quel service de leur faire appel..Urgences comprises...
Pendant mon hospitalisation privée pour ma prostate , c'est le cadre du service qui fait mon lit à 17 heures de l'après-midi
Le personnel se planquait dans les coins pour jouer avec leurs téléphones.
ATTENTION dans le secteur privé, les prestations peuvent être pire que dans le service public.
Et maintenant ils ont un traceur...Une sorte d'appareil qui géolocalise la personne et qui fait appel à elle à cadence régulière et fréquente...Qui confirme si la "mission" est remplie...Parce qu'il y a une traçabilité effective...Ce qui fait que c'est la course à tout les étages...
Il faut courir...courir....
Oui, mais a une certaine époque , il y avait des abus dans l'autre sens par le personnel.
Image
Est-ce normal qu''un équipage ambulancier glandouille plus d'une heure dans l’ambulance sans rappeler son dispatching (pour prendre une autre transport) après déposé son malade aux urgences ?
Image
Ma toute dernière réunion avec la direction locale le thème était : "La stratégie d'évitement du travail"...
J'ai réalisé des caricatures qui ont fait sourire très jaune certains ambulanciers...
Modifié en dernier par oscar le 16 novembre 2019 07:51, modifié 1 fois.
"La liberté n'existe pas, seul l’imaginaire à le choix de ses libertés!"

vivarais
Posteur DIVIN
Posteur DIVIN
Messages : 15800
Enregistré le : 04 avril 2018 16:39

Re: les Hopitaux dans la rue

Message par vivarais » 16 novembre 2019 07:47

oscar a écrit :
15 novembre 2019 13:36
[scorpion
les toubibs du public sont ils plus compétents ou inversement que ceux du privé ?
Se faire opérer dans le public est il plus risqué que le faire dans le privé ?
qu est ce qui différencie le public du privé ?
Tout dépend de la qualité du médecin!
Tiens une anecdote. Je viens d apprendre qu il existe des consultations à titre privé dans le public.
Cela fait un bout de temps que cela existe !
par contre c'est sujet a des gros dépassement de tarif.
Un rdv qui prendrait des mois en consultation publique peut se réduire à 8 jours à titre privé dans un établissement public moyennant un tarif de consultation consequent.
Médecine sans attente pour les patients aisées...
Et grosses attente pour les économiquement peu argenté .
Tiens une anecdote. Je viens d apprendre qu'il existe des consultations à titre privé dans le public.
vous venez d'apprendre ce que tout le monde sait depuis toujours tout comme les paiements en espèces des dépassements d'honoraire
d'où les comptes cachés de cahuzac :hehe: :hehe:

tous ceux qui ont eu besoin de se faire soigner en urgence sont passés au bassinet en faisant des crédits à la consommation
les secrétariats de ces médecins (chirurgiens majoritairement) vous expliquent où et comment faire de demandes de prêts auprès de ses organismes de crédits (à croire que les secrétariats aussi touchent des commissions des organismes de crédit)
et le fisc ferme les yeux sur tout cela et préfère perdre son temps à traquer le petit délinquant fiscal pour quelques euros (et cela coute plus cher au fisc en frais de recouvrement que cela ne lui rapporte)
mais bercy doit faire croire qu'il lutte contre la fraude fiscale au bon peuple pour qu'il continue à ployer sous la charge des taxes :hehe: :hehe:

vivarais
Posteur DIVIN
Posteur DIVIN
Messages : 15800
Enregistré le : 04 avril 2018 16:39

Re: les Hopitaux dans la rue

Message par vivarais » 16 novembre 2019 07:57

Crapulax a écrit :
16 novembre 2019 06:02
Il faut vraiment avoir peur du spectre du chômage pour travailler dans le monde très particulier des Hôpitaux.
Pour y travailler maintenant c'est certain....J'ai vu ce qui s'est passé pour le CHU par ici..
Il y a encore de cela peu de temps encore les agents du technique comme on les qualifie n'étaient vraiment pas malheureux..Pas mal de pauses,le travail à faire était planifié bref il n'était pas possible de dire qu'ils en bavaient.
Par contre le personnel soignant voyait son boulot croitre accompagné d'un manque de moyens de plus en plus visible..Sans parler des horaires.

Dans le passé un CHU était en pratiquement en état d'auto-gestion pour ce qui concerne le technique.
Il y avait une blanchisserie qui lavait le linge de l'établissement,une cuisine centrale pour préparer les repas,une équipe pour l'électricité,une autre pour la peinture etc etc..En fait tout était regroupé en interne...
..Mais depuis quelques années ce fut l'appel aux sous-traitants au nom du sacrifice structurel,par soucis d'économie....Il y eut donc une cure d'amaigrissement pour les services..Qui maintenant comportent moins d'employés parce qu'une partie de leur travail initial est réalisée à l'extérieur..Les repas arrivent préparés pour la plupart(plateaux),la peinture est confiée à des entreprises ce qui parfois cause des soucis de délais,le linge part au pressing en dehors de la boite etc etc.....

La différence c'est lorsqu'il y a un soucis de délais avec les sous-traitants...Qui n'avaient pas lieu d'exister auparavant puisque tout était assuré par l'établissement lui-même.

Notons dans tout cela le fait que les parkings des hôpitaux universitaires deviennent payants...Avec des gens pour assurer la sécu...

On appelle cela de la déstructuration...

Alors peut-être que par le passé c'était plus cool de bosser dans ce secteur mais maintenant c'est différent.

Dans le brancardage(je pense que tu connais) cela a beaucoup évolué par exemple..Avant il y avait des brancardiers attitrés pour chaque service,histoire d'aller plus vite..Il y en avait au Pool de brancardage bien entendu....Et pour les urgences.On pouvait dire que chacun avait son programme...
...Puis cela a évolué....Le brancardier pouvait aussi servir à d'autres services...Ce fut l"apparition du bippeur....Puis le portable fut fourni à chacun...Ce qui donna la possibilité à n'importe quel service de leur faire appel..Urgences comprises...

Et maintenant ils ont un traceur...Une sorte d'appareil qui géolocalise la personne et qui fait appel à elle à cadence régulière et fréquente...Qui confirme si la "mission" est remplie...Parce qu'il y a une traçabilité effective...Ce qui fait que c'est la course à tout les étages...
Il faut courir...courir....
certains pensent que faire de grandes études (souvent inutiles ) ou travailler dans la fonction publique c'est le bon remède
alors que ceux qui réussissent sont des sous diplômés surtout s'ils expatrient car le savoir faire français est très apprécié à l'étranger
si en France , le travailleurs français est dénigré par le patronat français , il est très recherché par le patronat étranger (canada , USA , australie , japon et d'autres émergents comme l'ile Maurice )
alors ceux qui ont de l'ambition ; plutôt que de vous faire mépriser par le patronat français ; allez vous informer dans les consulats de ces pays
ils vous mettront en relation avec les employeurs de leur pays et vous aideront dans les démarches

Avatar du membre
mic43121
Posteur DIVIN
Posteur DIVIN
Messages : 13586
Enregistré le : 23 mars 2016 20:42
Genre :

Re: les Hopitaux dans la rue

Message par mic43121 » 16 novembre 2019 08:07

DE oldeagle
J'adore sa façon de draguer
"Le problème est multiple en réalité. Les jeunes étudiants en médecine, ils veulent quoi ? Ils veulent des horaires de fonctionnaires. Ils ne veulent plus faire de garde, ils ne veulent plus être généralistes parce qu'ils ne veulent pas se retrouver en zone rurale (manque d'équipements, et peur de ne pas avoir de patientèle), la profession se féminise également donc pour les femelles médecins, il leur faut tout le confort. Ils veulent également une vie de famille "!

Les dames sont averties….ne faites pas de petits chats …mais peut être des petits rats ..de l'opéra.
Pour la cuisine le feu de bois est conseillé ..et le lit de camp autorisé..
Pour la clientèle c'est plutôt l'inverse ,dans les zones désertées par les toubibs ,`
Ceux qui s'installent sont surchargés de boulot..
:hello:
La tolérance c'est quand on connait des cons- et qu'on ne dit pas les noms

Avatar du membre
Yann Begervil
Posteur Giganovesque
Posteur Giganovesque
Messages : 4174
Enregistré le : 29 mars 2017 14:42
Genre :

Re: les Hopitaux dans la rue

Message par Yann Begervil » 16 novembre 2019 14:55

vivarais a écrit :
16 novembre 2019 07:47


tous ceux qui ont eu besoin de se faire soigner en urgence sont passés au bassinet en faisant des crédits à la consommation
les secrétariats de ces médecins (chirurgiens majoritairement) vous expliquent où et comment faire de demandes de prêts auprès de ses organismes de crédits (à croire que les secrétariats aussi touchent des commissions des organismes de crédit)
et le fisc ferme les yeux sur tout cela et préfère perdre son temps à traquer le petit délinquant fiscal pour quelques euros (et cela coute plus cher au fisc en frais de recouvrement que cela ne lui rapporte)
mais bercy doit faire croire qu'il lutte contre la fraude fiscale au bon peuple pour qu'il continue à ployer sous la charge des taxes :hehe: :hehe:
Comme dab, désinformation et généralité :divers125
il y a 350 praticiens autorisés à exercer une activité libérale, soit 7 % des 4 722, a L'APHP. Cette activité privée dans le public ne doit pas excéder plus de 2 demi-journées par semaine.
Ces Médecins tiennent compte des remboursement de la mutuelle des patients, ceux qui n'ont pas cotisé pour une mutuelle et préfèrent s’endetter pour avoir une meilleure rapidité ou qualité de soins que pour s'acheter un home-cinéma ou une plus grosse bagnole, peuvent effectivement prendre un crédit

Avatar du membre
Crapulax
Administrateur
Administrateur
Messages : 142289
Enregistré le : 15 septembre 2008 22:22
Localisation : A "Bonheur City".
Genre :

Re: les Hopitaux dans la rue

Message par Crapulax » 18 novembre 2019 13:20

Déjà il faut qu'il sorte le chéquier..Pour combler les endettements massifs de plusieurs structures hospitalières..C'est aussi ce qui explique leur manque de manoeuvre....
..... :D .....

..................................................Hôpital: Bruno Le Maire «ouvert» à une reprise de la dette................................................


Le sujet pourrait être tranché ce mercredi. Cette dette s'élève à environ 30 milliards d'euros.

Le ministre de l'Économie Bruno Le Maire s'est dit dimanche «ouvert» à une éventuelle reprise de la dette des hôpitaux, soulignant la «nécessité (...) de leur donner les moyens de fonctionner bien». Cette dette s'élève à environ 30 milliards d'euros.

«Tout est ouvert», a déclaré Bruno Le Maire lors de l'émission BFM Politique de BFM-Le Parisien, en réponse à une question sur la dette des hôpitaux. «Je suis ouvert à toutes les solutions du moment qu'elles sont rapides, efficaces et qu'elles concernent les personnels hospitaliers en priorité», a-t-il développé. «Il faut mettre le paquet sur l'hôpital» et «nous ne compterons pas notre effort», a-t-il lancé. «Le ministère de l'Économie et des Finances est parfaitement lucide sur la nécessité qu'il y a (...) de leur donner les moyens de fonctionner bien», a dit Bruno Le Maire. Une première rumeur sur une éventuelle reprise de dette avait pourtant été démentie il y a une semaine.

Interrogé d'autre part sur la réforme des retraites, il a insisté sur la nécessité d'avoir un système «à l'équilibre». Il faut aussi un système qui «soit simple et juste», a-t-il ajouté. Bruno Le Maire n'a pas souhaité se prononcer sur l'introduction éventuelle d'une «clause du grand-père» (permettant d'appliquer le système de retraite à points uniquement aux nouveaux entrants sur le marché du travail, ndlr). «Laissons le débat», a-t-il dit, en notant que «ça vaut le coup de prendre le temps» pour une réforme qui concerne la «solidarité».

Il a d'autre part jugé nécessaire la réforme du travail de nuit. «Mais il faut avoir l'humilité de prendre le temps pour discuter, dialoguer (...) pour trouver les justes compensations», a-t-il estimé. «Le statu quo n'est pas une option pour le gouvernement», a affirmé Bruno Le Maire. «Notre responsabilité» est «d'aller au bout de la transformation économique et sociale pour laquelle nous avons été élus», a-t-il déclaré.
Source:Le Figaro.
https://www.lefigaro.fr/flash-eco/hopit ... e-20191117
Aux mains de l'Etat,la force s'appelle Droit....Aux mains de l'individu,elle se nomme le crime....
Si tu m'as pris pour un clown tu t'es trompé de Carnaval...
..J'apprécie tellement les Chips que parfois je leurs fais des bisous...

oups
Posteur DIVIN
Posteur DIVIN
Messages : 10631
Enregistré le : 21 novembre 2015 17:20

Re: les Hopitaux dans la rue

Message par oups » 18 novembre 2019 13:39

Cela dit , on echappe au pire :twisted: Is ne descendent jamais les patients (qu'ils ne quittent jamais des yeux , nan nan )dans la rue par ces froides journees d'automne .Allez une "bonne" augmentation de salaire et de ptites embauches et ce combat pour la dignité sera réglé :gene3: drapeau-blanc

oldeagle
Posteur Titanesque
Posteur Titanesque
Messages : 7476
Enregistré le : 02 novembre 2016 17:26

Re: les Hopitaux dans la rue

Message par oldeagle » 18 novembre 2019 16:55

Yann Begervil a écrit :
15 novembre 2019 13:04
oldeagle a écrit :
15 novembre 2019 10:22

Je peux vous dire que dans ma commune, j'ai mon médecin qui travaille dans une maison médicale avec d'autres généralistes. Il y en a un qui part à la retraite. Donc pour le remplacer, mon médecin a lancé une campagne de recrutement. Récemment, un jeune arrive, tout juste sorti de la fac de médecine de Caen. Lors de l'entretien, le Dr L demande à son potentiel futur confrère de se présenter, dire ses motivations ! Et le jeune a commencé par lui expliquer qu'il ne voulait que travailler que 3 jours par semaine, de 8 h à 18 h, qu'il lui fallait ses week end, ses vacances, sa vie de famille. Il ne voulait surtout pas faire de garde ! Et bien l'entretien à tourné court ! Et le Dr L a gentiment éconduit ce jeune médecin qui pour moi est plus un charlatan qu'un médecin. Quand on fait ce métier, on en accepte les contraintes. Sinon on fait autre chose !
C'est le problème de l'offre et la demande. Il y a tellement d'offres, que certains jeunes, qui en ont quand même bien chié pendant leurs études ultra sélectives puis comme interne ou ils ont été surexploités pour 1500€/mois, sont devenus très exigeants et n'acceptent plus n'importe quoi.
Le docteur L va devoir mettre le prix, si il veut un médecin corvéable a merci :XD:
Je suis désolé, mais pour moi un jeune qui sort de la fac de médecine de Caen et qui se présente pour ne travailler que 3 jours, qui ne veut pas faire de garde, qui veut ses vacances et ses week end, pour moi le jeune se trompe de métier ! Quand on fait médecine, on en accepte les contraintes. Sinon on fait autre chose !

Moi mon grand-père et mon Oncle étaient généralistes. Ils assuraient les gardes. Et leur métier qu'ils exerçaient avec passion, ne les as pas empêcher de mener une vie de famille. Donc les p'tits cons qui font médecine pour gagner du fric et en plus exercer leur métier sans contrainte, qu'ils changent de métier ! La médecine, c'est pas ça !

Répondre

Retourner vers « DISCUSSIONS POLITIQUE - ACTUALITÉ - DÉBATS »